Le gars... astronomique.

Le gars... astronomique.

L’abricot de Mercurol.

L'abricot de Mercurol.



C'est où donc, Mercurol ? :

M
ercurol est un village de la Drôme situé à proximité de Tain l'Hermitage dans lequel « la Fillasse du Gars » (celle qui est bleue ! ! ! . . .) se rend courant juillet pour la récolte des abricots.

Un ami qui habite à proximité appelle ce village MercurOM, car prononcer MercurOL lui donne de la fièvre et lui fait monter . . . le mercure.
Imaginez-le prononcer ; MercurePSG ! ! ! . . .

C'est quoi donc, au fait un abricot ? :


L'abricot est le fruit d'un arbre appelé abricotier qui appartient, comme les pruniers, à la famille des prunus.
C'est un fruit charnu, de la famille des drupes (fruits charnus à noyaux tel que la pêche, la cerise ou l'olive).
Sa chair est sucrée, juteuse, orangée et ferme.
Sa teneur en provitamine A est élevée, c'est elle qui donne la couleur orangée à la peau, dont la couleur peut aller du jaune piquetée au rouge, est parfois de « taches de rousseur » et se mange.
La couleur rouge n'est pas gage de maturité et l'abricot ne mûrit plus après sa cueillette.

De forme arrondie, l'abricot possède un noyau dur contenant une seule grosse amande.
Dans certains pays, comme le Pakistan, on consomme également l'amande située dans le noyau de l'abricot.
Cependant, il faut préciser que celui-ci contient une petite quantité d'acide cyanhydrique (ou cyanure d'hydrogène, c'est-à-dire le principal constituant du gaz Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz allemandes de la deuxième guerre mondiale).
Concrètement, l'ingestion de quelques amandes de noyau d'abricot est sans danger, mais le fait d'en manger plusieurs dizaines fait courir un risque mortel.
A éviter, donc, par précaution . . .


Prix : de 1,50  à 2,50 euros environ au kg. suivant la période.


Historique :

L'origine du mot « abricot » vient du grec « abros » qui signifie « délicat » en référence à la fragilité du fruit.
Le nom a évolué du latin au français via l'arabe et le catalan.

L
'abricot est originaire du Nord-Est de la Chine où il aurait été domestiqué il y a plus de 4000 ans.
Un siècle avant notre ère, les légionnaires romains l'ont introduit sur tout le pourtour méditerranéen, en Grèce et en Italie. Toutefois, il ne fera son apparition en France qu'au XVème siècle, mais, soupçonné de donner la fièvre, sa consommation est abandonnée.
Sa culture ne réapparaitra véritablement que trois siècles plus tard, grâce au jardinier de Louis XIV qui a planté des abricotiers à Versailles.

L
a France
est le deuxième pays producteur d'abricots en Europe.
En 2007, la production française a été de 166 900 tonnes contre 514 065 tonnes pour l'ensemble de l'Europe, soit une part de 32.5%.
Au niveau européen, la France se retrouve, en tonnage, après l'Italie et devant l'Espagne et
la Grèce.

La
récolte :


La récolte débute en juin et se poursuit jusqu'au mois d'août avec un pic de production entre la fin du mois de juin et la mi-juillet.


Utilisation :


Il faut choisir les abricots
mûrs et à point pour bénéficier de toutes les qualités nutritives et gustatives.
Plutôt qu'à sa couleur, qui ne reflète guère sa maturité, il faut se fier à son odeur très parfumée et à sa souplesse au toucher.
Un abricot cueilli ne mûrit plus.


Conserver les abricots
au frais mais pas au réfrigérateur, qui leur fait perdre leur saveur.

Fragiles, ils devront être rapidement consommés, deux ou trois jours maximum après l'achat.
L'abricot supporte en revanche bien la congélation (couper en deux le long du sillon, retirer le noyau et déposer les moitiés sur une plaque pour les congeler).

L'abricot se consomme
généralement nature, lorsqu'il est frais, en fruit de table ou en salade.
Il accompagne volontiers le fromage blanc et la crème glacée, réduit en purée ou en coulis. Il est aussi très savoureux en tarte (poser alors les oreillons côté peau afin de ne pas détremper la pâte), en crumble, en charlotte ou en mirliton (pâte garnie d'un appareil crémeux et parsemé d'amandes effilées).
Les oreillons, eux, se prêtent à de jolies cuissons, tout simplement revenus dans un peu de beurre et de sucre, ou enfermés en papillote dans le four.
Ils peuvent être relevés d'épices, telle que la vanille, la cannelle, la badiane ou de menthe et de basilic.
La pectine que renferme l'abricot le rend parfait pour la réalisation de compotes et de confitures.


Santé :


L'abricot est riche en bêta-carotène connu pour améliorer la vision nocturne.
La vitamine B qu'il contient est dans le fruit sec deux à trois fois plus abondante que dans le fruit frais.
C'est pour cette raison que les sportifs en consomment lors des compétitions.
En médecine chinoise, l'abricot sec est conseillé pour traiter l'anémie, l'asthme et les sensations de gorge sèche ou de soif.


La p'tite connerie du Gars :

Dans le patois de Mercurol, il paraît que le panier que l'on utilisait pour ramasser les abricots se nommait : « Del Ben é un abourricot » ! ! ! . . . 
     - Del Ben     : la benne, le cabas, le "panier"  (ou pas niais) . . . 
                         La légende le disaient le roi du "panier" à 3 points (personne n'en n'a 
                         jamais vu ! ! ! . . .) .
     - Abourricot : référence aux ânes (le panier se porte sur le dos) et aux abricots.

La particularité de ce panier est qu'il se nettoie avec de l'eau : « Del Ben é auto-écolo ».
Le week-end, il se nettoie avec toutes sortes d'alcool « Del Ben é auto-alcoolo »
(garder une bassine à proximité).

Cet « Abourricot » se trouve dans un « abrico . . . quet » avec à l'intérieur : une « amande . . . in » ! ! ! . . .

Comprenne qui pourra, car « j'ai rémis » la barre très haute, à 198 cm. ! ! ! . . .

La p'tite info du Gars :

« 
Abricot » est également un mot d'argot qui désigne le sexe féminin.

Certes, mais « Abourricot » ne désigne pas du tout le sexe masculin . . .



05/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres